Orgie en famille

Suzanne, une grosse mémée, et Agatha se partagent Mick. Le jeune homme se fout du partage du moment qu’il tire son coup. D’ailleur les deux nanas se font déjà des langues. Ensuite, elles lui sucent la pine sans oublier de se gouiner au passage. Il leur bouffe la cramouille puis il les embroque à la file. Agatha d’abord, la grosse Suzanne dans la foulée. L’une et l’autre le chevauchent avec vigueur. Tous les trois n’ont qu’un seul but : jouir ! Décharger ! Connaître encore le grand frisson ! Se noyer dans des flots de foutre et s’éclater dans l’orgasme…

Chez nous, on baise en famille

Une bimbo rousse avec un couple plus âgé. Les deux nanas ont l’air aussi chaudes l’une que l’autre. L’homme bande. La femme s’empare de sa pine et se la carre dans la bouche. Puis c’est au tour de la jeune femme de montrer ses talents de pipeuse. Ils sont réels. L’homme baise d’abord la femme mûre avant de se consacrer à la demoiselle. Aucun des trois ne parle mais leurs soupirs et leurs halètements témoignent clairement du plaisir qu’ils prennent. Enfin, les deux femelles rassasiées se disputent le goupillon pour s’en faire asperger…

Une famille de baiseurs

Deux femmes se gouinent. Une femme mûre et une jeune. Survient le mari de la première qui entend bien profiter de l’occasion. Elles lui sucent la bite à deux avant que la jeune s’asseoie sur sa bouche pour qu’il lui bouffe la craquette. Ensuite, elles le chevauchent tour à tour pour ne rien perdre de son érection. Puis le trio se mélange dans différentes postures qui procurent à chacun (et chacune) un maximum de plaisir. La mouille et le foutre coulent en abondance. Que voulez-vous, quand la folie du cul vous tient, il n’y a pas d’âge qui compte !

Maman et fille se bouffent la rondelle

Elles pourraient être mère et fille. Elles se lèchent la langue, se tripotent les nichons. L’envie de jouir les enflamme. Vite, vite, la plus âgée dévoile le triangle magique de sa compagne, glisse sa langue dans l’abricot juteux, enfonce deux doigts dans l’orifice brûlant, aspire le bouton entre ses lèvres. La plus jeune n’y tient plus. A son tour elle plonge son museau dans la vulve qui cède tout de suite. Ses doigts joints pénètrent le vagin, le dilatent délicieusement, le branlent durement. Cris et halètements traduisent la profondeur de leur volupté.