Madame se tape le paysan

C’est à la bergerie, au milieu des chèvres que madame s’est mise à pomper le vieux paysan. Et comme il avait une grosse bite et qu’elle aimait recevoir dans sa bouche les gros volumes, la pipe goulue dura un certain temps. Mais c’est en voyant le fils du vieux entrer dans l’étable avec un air vicieux que notre miss changeât de cap, et direction : la sodomie. Et qu’elle aime pratiquer dans toutes les positions possibles. Aussi une préférence pour le quat’-pattes-bien-à-fond ! Tout de même, malgré un fion ravagé et les genoux en compote, elle se relèvera pour ouvrir la bouche et avaler une dose calmante de sperme.

J’aime baiser ma grand-mère !

Serge roule un patin à la meilleure amie de sa mère. Jamais il n’aurait cru que Françoise lui pomperait le dard avec cette voracité. Une femme toujours si respectable et qu’il a connue gamin. Le travail de sa langue sur son gland le met en feu. Il se précipite sur sa grosse moule baveuse qu’il lèche et doigte tout en buvant son jus. Parfois, sa bouche s’égare vers le petit trou plissé mais elle lui demande de la baiser. Il s’y emploie avec toute l’énergie de son âge et jute sur ses seins. Heureuse et repue, Françoise laisse échapper une éjaculation féminine…

Elle se fait enculer par son fils

Avec son décolleté vertigineux, cette vieille maman cachait quelque chose. Elle venait pour voir son fils mais son air tout gentil disait autrement. Si bien qu’à la chambre, son fils lui a mis en évidence sa bite pendant qu’elle était agenouillée à vérifier je ne sais quoi. Aussitôt, elle a saisi l’engin qu’elle s’est mise à pomper telle une curieuse qui découvre une nouvelle variété de sucette. Bientôt, l’excitation au summum, elle se déshabilla et se coucha sur le lino du salon. Et lorsqu’elle exhiba une croupe encore fraîche pour son âge, son fils ne put résister à l’envie de l’enculer bien profond.

Dépucelage en famille

Elle lui dit : « papa, je veux savoir l’amour. – Si tu veux », répond le père à sa progéniture. Et l’on débarrasse la table en choe;ur pour installer sur le dos la pucelle, et la satisfaire en réunion. En effet, ici on partage tout, ainsi le patriarche s’occupera de lui enseigner l’art de la fellation – avec une bite un peu molle disons-le, mais que la jeunesse aimera téter. Ensuite la mère lui professera le broute-minou. Quant aux fils, ils agiront en deux épisodes, l’un s’occupera de lui coïter la fente pédagogiquement, et l’autre aura à former un anus flambant neuf, et qu’il explosera au terme d’un long pistonnage didactique.

Baise entre mère et fille

Dans sa chambre où elle lit la lettre de rupture, Ginette se désespère. Heureusement, sa mère est là et entendant ses pleurs, entre pour la consoler. Mais comme la mère n’a aucune morale, elle pense à remplacer le chagrin par le plaisir, et de là, commence à caresser sa fille. Celle-ci, plus surprise que réticente, se laisse faire ne sachant quoi dire. Mais la mère poursuit son jeu, et avec toute son expérience de femme perverse, lui fait naître un plaisir nouveau, lui doigtant, lui léchant la chatte avec passion, espérant au fond que sa fille craque, devienne comme elle, grosse baiseuse sans foi ni loi.